NOTHOMB Amélie - Barbe bleue


Saturnine, 25 ans, répond à une annonce de colocation dans un hôtel particulier du 7ème arrondissement de Paris. Elle est choisie par le maître des lieux, un certain don Elemirio, 44 ans, et commence alors pour elle une étrange plongée dans l'univers reclus de cet homme qui tombe amoureux d'elle et qui est également obnubulé par l'immortalité de ses "femmes", les 8 anciennes colocataires, qui n'ont pas su résister au seul interdit de la demeure : ne pas tenter de pénétrer dans la chambre noire.
-Vous êtes une spécialiste de Khnopff. Vous enseignez l'art de Khnopff aux Français.
-L'idée est bonne. J'aime ce peintre.
-Ne dirait-on pas qu'il a peint votre visage ?
-Vous exagérez.
-Non. Vous êtes belle comme une créature de Khnopff. Je vous imagine pourvue d'un corps de guépard. J'adorerai que vous me dévoriez.
-Je ne mange pas n'importe quoi.
-Voulez-vous m'épouser ? (p.42)
Honnête bouquin que cette histoire rocambolesque à souhait que j'ai lu avec plaisir. Je retrouve l'humour caustique de l'auteur : sur un mode très théâtral (le gros du roman est constitué de dialogues), Amélie Nothomb nous conte la cohabitation presque improbable entre deux êtres rencontrés par un curieux hasard. Amour, mort, religion, mensonge, être, paraître. Je me suis beaucoup amusée de leurs réparties. Il faut prendre ce conte au second degré bien sûr, mais la fin aurait à mon sens pu être un peu moins tirée par les cheveux. Une adaptation au théâtre -avec quelques remaniements- serait tout à fait envisageable et ferait un bon divertissement.

livre sorti en 2012 aux éditions Albin Michel
163 pages
illustration d'entrée de billet : "L'art ou le Sphinx ou les Caresses" par Fernand Khnopff (1896)

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)