CONAN DOYLE Arthur, Le pacte des quatre


Londres, 1888. Mary Morstan, une jeune femme demande l'aide de Sherlock Holmes pour parvenir à résoudre une énigme, depuis quelques années elle reçoit une belle perle d'un expéditeur anonyme, et cette fois, il s'agit de se rendre à un rendez-vous en toute discretion vis à vis de la police, afin d'entrer en possession d'une partie d'un mystérieux trésor qui aurait dû revenir à son père disparu depuis 10 ans. Holmes et son ami Watson se mettent alors en quête d'un vol de bijoux qui eut lieu il y a 30 ans en Inde par quatre bandits, qui eux-mêmes se sont fait subtiliser leur trésor. Mais l'un des quatre est peut-être sur la trace de son trésor perdu...


Une gentille petite nouvelle, fort bien écrite et distrayante, avec l'emphase habituelle du génie de Holmes mise noir sur blanc et les traits non moins attendrissants de Watson qui se préoccupe de la santé de son colocataire...
Trois fois par jour, depuis de nombreux mois, j'avais été témoin de ce geste, mais l'habitude ne me l'avait pas rendu plus acceptable. Au contraire, de jour en jour, le spectacle avait accru mon irritation et chaque soir, au fond de moi, ma consience me reprochait de ne pas avoir eu le courage de protester. (p.7, Holmes se drogue à la cocaïne)
... tout en restant sensible au charme de sa future femme. J'aime bien ce genre de lecture, simple au niveau de la fome, peu de personnages, et en même temps, soigné par les descriptions, les explications etc... Un bon moment de lecture qui donne envie de (re)lire les autres romans consacrés à Holmes.


titre original : The Sign of the Four
année sortie 1890
édition française lue aux éditions Anatolia
traduit de l'anglais par Béatrice VIERNE
180 pages
illustration d'entrée de billet : le fort Agria en Inde

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)