AILLON Jean (d') - Rome 1202


France, 1202. Bartolomeo et sa soeur Anna Maria reçoivent une invitation du Pape Innocent III pour rentrer en possession du domaine de Ninfa dont ils ont hérité de leur père. Etonnés mais enthousiastes, ils pensaient en effet que le Pape était fâché contre eux après qu'ils aient failli à une mission de confiance à la suite de laquelle ils ne sont pas rentrés en Italie, les héritiers se mettent en route pour Rome mais Guilhem d'Ussel leur ami ne les regarde pas partir sans crainte et se met en tête de les suivre. Heureusement car il s'agit bien d'un traquenard et ce ne sera pas le dernier durant les 6 mois que durera leur aventure romaine dans un pays où les familles sont prêtes à tout pour s'approprier ou garder le pouvoir ; où d'autres sont prêts à renier la leur pour vivre leur amour.

Nous avons découvert la jeunesse de Guillem dans "DE TAILLE ET D'ESTOC" et c'est avec grand plaisir que je retrouve le héros du moyen-âge aux prises avec les barons romains et autres prélats tous plus rapaces les uns que les autres. Heureusement tous les personnages ne sont pas complètement véreux et certains sont même des alliés de prix, comme le célèbre Robin Hood lui-même.
Apercevant Claricia dans la foule des spectateurs, Bertoldo s'était mêlé à la plèbe pour attester son courage. Avec un simple couteau, il avait égorgé quatre cochons sauvages. L'usage était que les hommes rapportent les intestins des victimes à leur compagne pour prouver leur virilité. Bertoldo ne pouvant offrir les boyaux à Claricia, il les avait brandis devant la jeune fille, émue par ce beau témoignage d'amour. (p.83)
Jean d'Aillon nous conte une histoire puissante, fait revivre le moyen-âge (habitudes, repas, vocabulaire, etc.) comme si on y était sans les odeurs ! Un style précis, beaucoup d'humour aussi pour contrebalancer quelques détails de scènes particulièrement atroces.
- Plus tard, les Romains ont utilisé cette falaise pour punir les traîtres en les précipitant dans le vide, ajouta Ricardi. Le rocher est creusé de caves et cryptes qui servaient de prison et celliers.
Les chèvres devaient être intéressées par cette discussion, car elles suivaient les trois hommes en chevrotant. (p.305)
Très intéressante plongée dans le moyen-âge qui n'était pas toujours courtois !
- Je ne suis pas romain. Vous ne me faites pas confiance et je le comprends. Ecoutez néanmoins ma proposition. Ceux qui me suivront mangerons à satiété, pourront se laver et se soigner. Je vous armerai et vous offrirai un cheval. L'expdition se déroulera dans quelques jours. Certains y trouveront la mort, mais ce sera au moins les armes à la main. Les autres seront libres si nous sommes victorieux. Quand à ceux qui resteront ici, ils seront confiés au Saint-Père.
- Une fois dehors, pourquoi resterions-nous avec vous ? s'enquit une voix se voulant ironique.
- Parce que s'il y a une désertion, une seule, vos compagnons pourriront à jamais dans ce trou.
Quelques murmures s'élevèrent jusqu'à ce que le barbu aux poux déclare :
- J'en suis ! (p.308) 

année de sortie 2013
édition Flammarion
430 pages
illustration d'entrée de billet : © Frederic William Burton

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)