MATTHIEUSSENT Brice - Jim Harrison de A à W


L'écrivain Jim Harrison raconté par Brice Matthieussent son traducteur le plus récurrent selon une carte du tendre alphabétique qui trace une sorte de trajectoire, celle d'un oiseau qui relierait entre eux une constellation de mots clefs (mots suivis d'une étoile justement) éparpillés selon un motif invisible mais qui redessine Jim Harrison depuis l'ail jusqu'au loup : de A "ail" à W "Wolf" (loup).


Le jour où j'ai voulu être Brice Matthieussent est peut-être le jour où, en 2008, j'ai découvert mon premier Harrison : c'était "Faux Soleil". Depuis, il y a eu d'autres lectures de Big Jim/Poor little Jimmy/Brown Dog (Chien brun) et au final, l'envie de tout lire au point de lui consacrer un siteBrice Matthieussent a la chance de traduire mon auteur américain préféré, et en plus, il connaît Jim Harrison, l'a rencontré et échange des courriers avec lui.
Le célèbre photographe des Indiens d'Amérique du Nord est l'une des figures tutélaires de J.H. A sept ans, vers l'époque de sa blessure à l'oeil gauche, J.H. cesse dans ses jeux de s'identifier aux cow-boys et prend fait et cause pour les Indiens. Il ne s'en remettra pas, toutes ses oeuvres ultérieures en témoignent. En même temps, il commence à se passionner pour le personnage d'Edward Curtis. "Selon une idée un peu bête des années soixante, explique J.H., Curtis devint pour moi un frère spirituel. (p.75) 
Un livre que je recommande et qui ne décevra pas les familiers de Harrison.

année sortie 1995
édition Christian Bourgois éditeur
230 pages
illustration d'entrée de billet : Jim Harrison
sur la couverture du livre : Ventre d'ours (Bear's Belly) par Edward S.Curtis

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)