JONASSON Jonas - Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire


Alan Karlsson, un centenaire, s'échappe de la maison de retraite et rencontre à la gare routière où il compte prendre le premier bus en partance un malfrat à qui il emprunte sa grosse valise sans savoir que celle-ci renferme un énorme butin. Poursuivi par le voleur, il sympathise également avec des inconnus qui l'aident dans son entreprise à reprendre les rennes de sa vie.
  

Mes voisins m'ont glissé ce bouquin dans ma boîte aux lettres et je les en remercie car jamais je n'aurais eu l'idée de choisir ce roman dont j'ai pu lire beaucoup de critiques à sa sortie en 2011. Autant de bonnes critiques pour un auteur jusque là inconnu, j'avais peur d'être déçue comme j'ai pu l'être avec certains best-seller portés aux nues et que j'ai personnellement trouvé au mieux très moyens (au pire archi nuls !).
Très belle surprise donc de découvrir cette histoire et ce, dès les premiers chapitres. Il y a un style, un souffle, un rythme qui ne se dément pas, renforcé par une structure en mille-feuille : un chapitre sur le temps présent, le suivant sur le passé de Allan, et ainsi de suite...
C'est drôle, intelligent, caustique et parodique. Allan est un sacré numéro, un inventeur malgré lui, un utopiste bon enfant, qui sous des airs de benêt tire les ficelles des marionnettes politiques du monde. Rien que cela !
Dieu lui répondit par le silence, une fâcheuse manie qu'il avait parfois et que le pasteur Fergusson percevait comme le signe qu'il devait réfléchir par lui-même. Les choses ne se passaient pas toujours très bien quand il agissait seul, mais ce n'était pas une raison pour se décourager.
Au bout de deux jours et deux nuits à peser le pour et le contre, le pasteur Fergusson décida finalement de se réconcilier avec son camarade de cellule. Il informa monsieur Allan qu'il était désormais disposé à lui parler de nouveau.
Allan lui répondit qu'il n'avait rien contre le silence mais qu'à son avis rien ne valait le dialogue. (p.218)
A découvrir, l'un des meilleurs livres lu depuis longtemps du point de vue fond et forme. A offrir à des amis qui ne l'ont pas encore lu.



Titre original Hundraåringen som klev ut genom fönstret och försvann
pays d'origine : Suède
année sortie 2009
édition française en 2011
500 pages
traduction française de Caroline BERG
illustration d'entrée de billet : photo du fim du même nom

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)