PAROT Jean-François - L'année du volcan


1783. Tandis que l'Europe subit les retombées du volcan islandais Laki, Nicolas Le Floch enquête sur demande expresse de la Reine au sujet de la mort accidentelle de l'un de ses courtisans : le vicomte de Trabard. Celui-ci aurait été victime des sabots de son cheval, mais très vite, le commissaire Le Floch découvre que la victime n'est pas entrée de son plein gré dans le box du cheval fou, mais qu'elle y a sans doute été traînée. Pour assombrir encore le tableau de son enquête où de faux monnayeurs sont à la manœuvre, voilà que le secret de la naissance de son fis est sur le point d'être divulgué à moins de subir le chantage, Nicolas, appuyé par ses amis, modestes et puissants, ne va pas se laisser faire.
- Selon certains savants, il est possible que l'origine de ces tourmentes réside fort loin dans l'île d'Islande où s'est ouvert un volcan qui déverse laves et fumées que le vent ensuite apporte dans nos contrées. Je pense que c'est un phénomène passager qui peu à peu s'atténuera. Voilà,monsieur, ce que je puis vous dire et qu'affirment à Paris des esprits éclairés. Il n'est point besoin pour expliquer nos soucis d'en référer à l'apocalypse ! (p.305)


Onzième tome des enquêtes du commissaire Le Floch, chargé des affaires extraordinaires. Nicolas accuse sa quarantaine et cherche à donner un sens à sa vie. Il craint pour son fils pour lequel il veut le meilleur, et peut-être aussi une brillante carrière militaire qu'il n'a pu avoir en entrant au service du roi de France. Avec l'éruption volcanique qui donne le titre au roman, JF Parot insinue d'une manière imagée, une chape de désespoir et de désillusions qui commence à retomber sur le peuple : petits épargnants ruinés, billets de rumeurs dénonçant la frivolité de la Reine, etc... le terrain où l'on peut semer les graines de la Révolte se prépare.
JF Parot nous régale une fois encore de quelques recettes qui donnerait l'envie de manger de tout à un végétarien ! C'est très drôle comme d'habitude. On y côtoie le joueur d'échec de Kempelen (lire Le secret de l'automate, un roman sur ce sujet), Restif de la Bretonne ou encore Cagliostro. On ne s'ennuie pas une seconde ! C'est d'une belle écriture, avec ce qu'il faut d'explications (hélas en fin de livre, je n'apprécie pas beaucoup mais il faut vraiment que les éditeurs se fassent une raison et arrêtent de nous balancer des notes en fin de livre au lieu des bas de page). Un 12ème roman est attendu très prochainement !  Je serai au rendrez-vous.


année sortie 2013
JC Lattès
440 pages
illustration d'entrée de billet : Marie-Antoinette par Élisabeth-Louise Vigée-Lebrun, 1783

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)