BARRIE James Matthew - Mary Rose

Les fantômes devraient rester invisibles aux vivants(ou l'inverse)


Un homme visite une maison à vendre, c'est la maison où il vécu enfant et, tandis que l'intendante est partie lui faire du thé, celui-ci entre dans une sorte de rêverie qui nous fait remonter le temps, dans cette même pièce alors chaleureuse et meublée. Simon, un jeune homme fait une demande de mariage aux parents de Mary Rose, sa tendre amie d'enfance, et ceux-ci lui révèlent que leur fille a vécu une étrange disparition : alors qu'elle n'était encore qu'enfant, elle s'est littéralement évanouie dans la nature sur une minuscule île déserte où elle jouait tandis que son père attrapait le poisson sur sa barque toute proche. Réapparue vingt jours plus tard, la fillette ne garda aucun souvenir de ce qui lui arriva car pour elle ce fut juste un séjour dans l'île de quelques minutes. Le jeune homme est troublé par cette anecdote mais décide, tout comme ses beaux-parents, de ne rien dire à sa jeune fiancée de son étrange expérience passé et finit par l'épouser. Quatre ans plus tard, alors que le couple heureux parents d'un nourrisson fait halte pour un pique nique sur cette même île, Mary Rose disparaît de nouveau.


Une singulière pièce de théâtre où Barrie nous emporte dans une tragique histoire d'amour : une mère séparée de son époux, de son fils et de ses parents, leur revient 25 ans plus tard, inchangée physiquement, et sans aucun souvenir de ce laps de temps qui a modifié l'apparence de toute sa famille. Où est-elle passée ? où a-t-elle disparu ? avec qui était-elle ? c'est le mystère qui n'est pas révélé dans le livre, un mystère que l'on doit chercher en nous-même. Mary Rose a-t-elle succombé à l'appel de Peter Pan depuis la terre du jamais ? Mary Rose a-t-elle préféré son âme d'enfant à l'amour des siens ? et que lui est-il arrivé pour qu'elle décide de sortir de cet été de "non existence" plus de 20 ans après sa seconde disparition ? tout ceci reste caché au lecteur subjugué qui ne peut retenir une larme. De même, il nous est offert d'imaginer ce qui s'est passé une fois que Mary Rose a retrouvé les siens plus âgés de 25 ans alors qu'elle même n'a pas pris une ride. Le dernier acte lève un voile : ce fils qu'elle a embrassé autrefois bébé le voilà qui visite cette maison qu'elle hante à sa recherche depuis si longtemps, son petit enfant est aujourd'hui devenu cet homme curieux qui désire pousser la porte interdite qui mène à sa chambre, il est celui qui va lui ouvrir celle de l'autre monde, un monde où elle doit reprendre sa place.
Mary Rose, intriguée. - Qu'est-ce donc ?
(ce sont les années)
Mrs Morland. - Mon amour !
Mr Morland. - Mary Rose !
Mary Rose, intriguée. - Père ! (Mais l'obstacle n'a pas disparu. Elle se tourne timidement vers Simon, qui est entré avec elle.) Qu'y a-t-il, Simon ?
(Elle se dirige avec confiance vers lui jusqu'à ce qu'elle découvre ce que le temps a fait de lui. Elle tremble à présent.)
Simon. - Ma bien-aimée épouse !
(Il la prend dans ses bras et sa mère fait de même, et Mary Rose est heureuse d'être ici, mais ce n'est pas à eux qu'elle pense et elle se dégage avec douceur de leur bras.) (p.112)
Un drame que j'aurais bien aimé voir au théâtre ! je suis certaine que j'aurai applaudi à m'en rendre les mains rouges de passion.
Ce livre est sorti tout récemment et enthousiasmera les amoureux d'une littérature qui oscille entre l'humour (Barrie en a énormément), la tragédie et le fantastique.
La pièce est suivie d'une postface largement explicative sur les circonstances de la genèse de cette histoire, ses influences, et le livre est judicieusement illustré de croquis ou photos prises par la traductrice lors de son enquête littéraire sur les traces de l'auteur.
Un beau cadeau à offrir et à s'offrir !

année sortie 1920
édition française en 2014
par Terre de Brume
112 pages (pièce de théâtre seule)
traduction de l'anglais (Ecosse) par Céline-Albin FAIVRE
illustration d'entrée de billet : Leo Bates

One Response so far.

  1. Je tenterai de le mettre en scène au théâtre. Mais... Chut !

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)