MODIANO Patrick - Dora Bruder


Paris, 1988, Patrick Modiano tombe sur un encart de presse d'un Paris-Soir daté de 1941. Des parents inquiets cherche leur fille fugueuse. Où allait-elle ? Que deviendra t-elle ? C'est pour trouver des réponses que l'auteur part sur les traces de Dora, interroge des témoins ou consulte des registres et finit par découvrir les derniers mois de Dora avant sa déportation à Auschwitz en 1942 où elle mourut. Cette quête le mène à ressentir son propre passé, découvrant des éléments parallèles ou similaires entre lui et certaines figures du passé qui furent victimes de leur juiveté dans cette époque tragique.
Il faut longtemps pour que resurgissent à la lumière ce qui a été effacé. Des traces subsistent dans des registres et l'on ignore où ils sont cachés et quels gardiens veillent sur eux et si ces gardiens consentiront à vous les montrer. Ou peut-être ont-ils oublié tout simplement que ces registres existaient. (p.13)

A la recherche d'un autre livre de l'auteur que je ne connaissais pas et dont j'avais entendu dire beaucoup de bien avant même son prix Nobel de littérature (en 2014), la libraire m'a indiqué ce titre en disant: "c'est très bien" ; je l'ai donc rajouté à la pile de mes achats sans même savoir de quel thème il était question. Pour une découverte de Modiano, j'ai envie de dire que je suis mal tombée car je n'apprécie pas du tout les romans de la période 39-45, surtout quand ils sont basés sur des histoires vraies (à part l’exceptionnel "Journal d'Anne Franck" qui reste inoubliable à mes yeux).

J'ai tout de même lu avec une attention croissante ce récit appuyé par les déambulations dans Paris "rive droite" qui illustre abondamment les époques présentes et passées. Le style de Modiano est simple et émouvant, cette manière d'entrecroiser les fils du temps dans un écheveau de douleurs, de consciences, d'espoir et de fatalités donne un rythme assez vif qui passe bien.

J'ai un autre livre de lui en réserve mais je vais attendre un peu avant de m'y plonger. 

année sortie 1997
editions Gallimard
132 pages
illustration d'entrée de billet : Dora Bruder

One Response so far.

  1. Itzamna says:

    J'ai noté ce titre il y a quelques temps déjà, ce sera pour moi aussi l'occasion de découvrir Modiano (et avec un sujet qui, moi, m'intéresse). Une lecture qui, même si elle ne t'a pas enthousiasmée, semble pouvoir me plaire.

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)