HOUELLEBECQ Michel - Soumission


La France en 2022. François Hollande est toujours au pouvoir. Dans le contexte des prochaines élections présidentielles, des alliances se font pour contrecarrer la victoire annoncée du FN et c'est ainsi que la "droite" et la"gauche" s'allient avec La Fraternité musulmane un nouveau parti mené par Mohammed Ben Abbes. La guerre civile est proche. A Paris, François, la cinquantaine célibataire, professeur de littérature à la Sorbonne spécialiste de Huysmans, observe les événements d'une manière assez détachée, tout à sa propre déchéance solitaire, il est au bord du suicide. Une fois Ben Abbes président, les choses changent dans le pays, surtout au niveau de la liberté et représentation des femmes ainsi que dans l'éducation nationale où tout professeur doit devenir musulman pour pouvoir enseigner. François, qui s'était retrouvé à la retraite anticipée, voit une seconde carrière s'offrir à lui grâce au nouveau parti au pouvoir, sans compter que son célibat va n'être qu'un mauvais souvenir lorsque son nouveau poste s'accompagne d'une proposition pour lui trouver une ou plusieurs épouses, selon sa convenance...

Et bien moi, j'aime le style de Houellebecq. Pour moi, c'est un bon écrivain. Après on peut aimer, ou détester les histoires qu'il raconte, mais il n'en demeure pas moins que son style est loin d'être paresseux, bien au contraire. Je pense que tout est calculé et j'envie presque les futurs étudiants qui, à l'instar du héro de ce roman, feront à leur tour une thèse sur Houellebecq dans quelques années, car il est l'un des plus grands auteurs français de notre génération.
Soumission est bon roman : l'histoire est originale et tous les événements qui conduisent à la chute sont bien menés. J'ai vraiment eu plaisir à retrouver ce livre chaque jour durant une petit semaine (se lit assez rapidement) et j'avais hâte de connaître la fin !
Michel Houellebecq y livre un exercice jubilatoire de politique-fiction en nous tendant un prisme rempli de second degré. C'est intelligent, souvent drôle (même si les situations ne le sont pas) auto-dérisoire et et jamais barbant.
Je me promenai pendant un quart d'heure sous les arcades de poutrelles métalliques, un peu surpris par ma propre nostalgie, sans cesser d'être conscient que l'environnement était vraiment moche, ces bâtiments hideux avaient été construits durant le pire période du modernisme, mais la nostalgie n'a rien d'u sentiment esthétique, elle n'est même pas liée non plus au souvenir d'un bonheur, on est nostalgique d'un endroit simplement parce qu'on y a vécu, bien ou mal peu importe, le passé est toujours beau, et le futur aussi d'ailleurs, il n'y a que le présent qui fasse mal, qu'on transporte avec soi comme un abcès de souffrance qui vus accompagne entre deux infinis de bonheur paisible. (p.267)
Au cinéma, ce pourrait être un film des frères Cohen : bien trash (violences urbaines / scènes de folies / ses tristes relations sexuelles) et en même temps romantique / philosophique (pensées de François, son soudain attachement à Myriam, dialogues avec ses comparses, etc...). Les politiques actuels (Hollande, Valls, Marine Le Pen, François Bayrou ou Jean-François Copé) en prennent "pour leur grade", très drôle. A lire comme on lit une roman et pas un programme politique uchronie !!




année sortie 2015
édition française Flammarion
320 pages
illustration d'entrée de billet : Huysmans par Forain

ma note : 3♥/5

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)