A L'HÔTEL BERTRAM - Agatha CHRISTIE


Miss Marple est enchantée à l'idée de partir en vacances 2 semaines à Londres dans un bel hôtel hors de prix offert par son filleul, un hôtel à l'élégance surannée et aux services irréprochables. Mais très vite, Jane Marple ressent une sensation de malaise, comme si quelqu'un dans le décor n'était pas ce qu'il prétend être. Comme à l'accoutumée, la vieille fille va observer, écouter et être le précieux témoin d’événements, la disparition d'un chanoine distrait, l'amourette d'une jeune héritière de 18 ans, pour un champion automobile qui a eu une liaison avec sa propre mère, une belle aventurière célèbre et adulée, ce qui permettra aux enquêteurs de découvrir qui a tué le portier de l'hôtel, un ancien militaire irlandais.


Je reste avec Miss Marple et l'accompagne dans son séjour à Londres (moi qui n'y suis jamais allée j'ai l'impression d'y être !). Tout d'abord, j'ai envie d'insister sur la qualité de ce roman tellement agréable : je le trouve étonnamment moderne, Agatha Christie y parle d'éducation (de jeunes filles), mais aussi de certaines addictions : l'alcool, le jeu, les truanderies, les coulisses du pouvoir... Honnêtement, à part l'absence des objets connectés qui font désormais partie de notre quotidien (téléphone mobile, internet etc...), ce roman pourrait tout aussi bien être contemporain. Quelle perspicacité ! Quel humour !

A lire ou à redécouvrir (pour moi c'est une relecture et je ne m'en lasse pas).

- Et il a disparu de l'hôtel Bertram...quand ça ?
- Il y a environ une semaine : le 19 novembre.
- Et ils viennent juste de la signaler. Ils ont pris leur temps, vous ne trouvez pas ?
- Bah ! je crois que tout le monde pensait qu'il allait revenir.
- Vous avez une idée de ce que cela cache ? demanda l'Ancêtre. Un homme respectable, vivant dans la crainte de Dieu, a-t-il brusquement levé l'ancre avec la veuve d'un bedeau ? Boit-il le vin de messe en cachette, ou bien a-t-il détourné les fonds de la paroisse ? A moins que ce ne soit le genre de vieux chnoque distrait à qui ça arrive toute le temps ?
- D'après ce que je sais, monsieur, je le rangerais plutôt dans la dernière catégorie. Il est coutumier du fait.
- Quoi, ça ? Disparaître d'un hôtel respectable du West End ?
- Non, pas exactement. Mais il ne rentre pas toujours chez lui quand on l'attend. Et il lui arrive de débarquer chez des amis pour dîner le jour où on ne l'a pas invité, ou de ne pas y aller alors qu'on l'en a bel et bien prié. Ce genre d’étourderies.
- Oui, réfléchit l'Ancêtre. Oui. Ma foi, tout ça me semble parfait, normal et réglé comme du papier à musique, non ? Quand a-t-il disparu au juste, m'avez-vous dit ?
- Jeudi. Le 19 novembre. Il devait assister à un congrès à... Il se pencha pour examiner les documents sur son bureau :
- Ah ! oui, à Lucerne. La société d'études d'histoires bibliques. C'est du moins la traduction de son titre. C'est en réalité un organisme allemand, je crois bien.
- Et ça se passait à Lucerne ? Le vieux croûton...il est vieux, j'imagine ?
- Soixante trois ans, monsieur.
- Le vieux bonhomme, donc, ne s'y est pas présenté, c'est ça ? L'inspecteur Campbell compulsa le dossier et transmis à l'Ancêtre les faits vérifiables pour autant qu'on les ait vérifiés.
- Rien à voir avec une fugue en compagnie d'un enfant de coeur, on dirait, remarqua l'inspecteur-chef Davy.
- Je suis persuadé qu'il va réapparaître un de ces quatre en pleine forme, affirma Campbell. Cela dit, nous enquêtons, bien entendu. (p.128)





At Bertram's Hotel
année de sortie 1965
lu en poche
275 pages


illustration d'entrée de billet : le salon du Lanesborough hotel à Londres

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)