COOK Kenneth - La vengeance du wombat

et autres histoires du bush



Australie. Il est dangereux pour un écrivain de chercher l'inspiration dans l'Outback ! L'auteur le prouve au travers de 14 nouvelles réellement jubilatoires : on éclate de rire en imaginant les rencontres du narrateur avec les habitants plutôt rustiques du "Mauvais côté" ou les incroyables postures imposées par les petites bebêtes australiennes qui croisent la route de l'auteur qui, décidément, fait de drôles de rencontres.
Que ce soient un wombat, un crocodile, un kangourou, ces petites bêtes n'apprécient pas du tout d'être dérangées dans leurs petites habitudes pour être capturées ou tuées. Gare à l'idiot qui en veut à sa peau, y compris à celui qui l'accompagne.

Dix heures ! Je devais rester allongé dans une tombe pendant dix heures. Un homme pouvait-il se trouver dans pire situation ?
Oui, et j'étais cet homme, car presque immédiatement, j'entends creuser. Rapidement, rythmiquement, franchement. On creusait autour de la pierre tombale qui bloquait le terrier.
Il n'y avait aucun bruit. Le silence de la tombe n'était rompu que par celui de la créature qui était fermement décidée à m'exhumer.
Le wombat allait bientôt m'avoir.
C'était un peu fort.
(p.22. La vengeance du wombat)

Sur un ton humoristique, Kenneth Cook nous concocte de sympathiques histoires à la frontière du surnaturel, avec d'incroyables aventuriers (un peu portés sur la boisson) qui l'entraînent sur la piste d'animaux au comportement très étrange, toujours effrayant et inattendu. Mais on rit tout de même car l'auteur utilise une fausse modestie et admet sa couardise avec une belle franchise : on ne peut être que de tout coeur à son côté ! "Espèce dangereuse" est ma nouvelle préférée. Mais toutes ont un sens dramatique irrésistible qui me fait beaucoup penser aux auteurs de "fantastique".

Un style limpide qui réjouit vraiment pour des situations improbables, quoique...l'imagination n'a aucune limite. J'ai bien aimé retrouver les noms des régions d'Australie que je viens juste de quitter (mais je n'ai pas fréquenté le même genre de bar, ni même rencontré d'animaux en colère).
Relativement peu de gens connaissent le quokka. Ils sont encore moins nombreux à en avoir vu un. C'est préférable. Il vaut mieux que le quokka reste dans l'ombre. (p.77)
Kenneth Cook a dédié ce recueil à son épouse, il est mort la même année d'un accident cardiaque. 





titre original : Wombat Revenge
livre sorti en 1987
200 pages
édition française 2010 édition Autrement
traduction de l'anglais (Australie) par Mireille VIGNOL
illustration d'entrée de billet : animaux australiens (wombat, koala, crocodiles, kangourou, serpent) photos personnelles

Kenneth Cook a écrit une sorte de trilogie "des histoires du bush" qui se répondent parfois (l'auteur fait allusion à tel ou tel animal déjà rencontré dans un autre recueil par exemple).
  1. Killer Koala sorti en 1986 et publié en français en 2009  :  Le koala tueur
  2. Wombat Revenge sorti en 1987 et publié en français en 2010 : La vengeance du wombat
  3. Frill-necked Frenzy sorti en 1987 et publié en français en 2012 sous le titre L'ivresse du kangourou
La trilogie des histoires du bush en français chez Autrement

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)