HARRISON Jim - Lettres à Essenine


Alors âgé de 36 ans, Harrison se trouve dans une période de doutes et d'envies suicidaires et entreprend une série de 30 lettres rendant hommage au poète russe Sergueï Essenine qui fut trouvé pendu (apparemment suicidé) à l'âge de trente ans dans lesquelles il s'interroge, et interroge ses témoins muets et absents, sur les rapports de la vie et de la mort.

30 lettres-hommage à Essenine mais pas seulement, d'autres amis traversent ces pages empreintes d'une haute forme de surréalisme poétique, véritable tourbillon d'émotions parfois contradictoires entre lumière et ténèbre. Une lettre par jour durant un mois, c'est ce que raconte la petite histoire. Une lettre quotidienne qui traduit l'obsession de Harrison : la vision du corps pendulaire du poète et sa répercussion dans le temps et l'espace. Et d'autres obsessions : l'alcool, la mort, les accidents. Attention, ce n'est pas complètement démoralisant, pas du tout ! plutôt surréaliste. Ces "poèmes" n'en sont pas tels qu'on les imagine, d'ailleurs je ne sais pas pourquoi les éditeurs indiquent "poèmes" pour cette collection de texte.
Pour répondre à certaines questions que tu pourrrais poser si tu étais vivant et si nous étions amis, mais que se demandent deux poètes après une longue absence ? Pourquoi as-tu été vivant et comment suis-je en train de mourir sur terre sans égrener la lithanie ordinaire des complaintes, ce qui revient à s'inquiéter à voix haute, égrener ces terribles grains de poussière qui flottent dans le cerveau, ces ballons roses nommés pauvreté, échec, maladie, luxure et envie. Pour en citer très peu. Mais si tu veux des précisions, non pas la condition humaine ni une lettre au journal expliquant pourquoi, au trente-sixième dessous, je crois m'être fait baiser. Voici donc les nouvelles de ce printemps : maintenant que l'herbe a grandi, j'y marche en redoutant les serpents. (p.69) 
Un recueil en édition bilingue en 140 pages donc 70 pages à lire éventuellement en anglais page de gauche ou en français à droite. J'ai aimé, parce que j'aime Harrison tout entier, mais j'avoue que ce n'est pas son registre habituel avec les grands espaces, les animaux et les dégats de l'homme au milieu. A découvrir pour les amoureux de l'auteur.
I write to you like some half-witted, less courageaous brother, unwilling to tease those ghosts you slept with faithfully until they cast you.
Je t'écris comme un frère demeuré, moins courageux, peu désireux de taquiner ces fantômes avec qui tu dormis fidèlement avant qu'ils ne te chassent.



Letters to Yesenin
Titre français : Lettres à Essenine
paru aux Etats Unis en 1973
édition française en 1999 aux Editions Christian Bourgois
traduit de l'anglais par Brice MATTHIEUSSENT
140 pages (bilingue donc 70 pages en français)
illustration d'entrée de billet : Sergueï Essenine et sa femme Isadora Duncan

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)