NOTHOMB Amélie - La nostalgie heureuse


Février 2012. Pour les besoins de l'émission "Empreintes" de France 5, l'auteur entreprend une sorte de pélérinage au Japon où elle ne s'est pas rendue depuis 16 ans. L'occasion pour elle de revoir Nishio-san, la nounou japonaise qui fut sa "mère", de rencontrer la traductrice de "Métaphysique des tubes" qu'un éditeur japonais vient de sortir (Nothomb n'avait pas été publiée dans le pays depuis son "Stupeur et Tremblements"), et de retrouver quelques heures, Rinri son ancien fiancé. Toutes les preuves de son existence passée au Japon sont bonnes à récupérer car l'auteur craint que ses souvenirs d'enfance au Japon ne soient qu'une fiction.
J'aimais bien les livres de Nothomb dans ses débuts, les deniers moins, je ne les achète plus. J'ai emprunté celui-ci en bibliothèque hier vendredi et ça y est je l'ai fini tout à l'heure. Le récit est sans surprise, à peine émouvant et c'est bien dommage car il y a quelques beaux passages qui sont malheureusement trop superficiels, ses rencontres sont puissantes, du moins on le suppose, mais le compte-rendu qui est est fait ici retombe comme un soufflet. C'est comme si ce roman ressemblait à un vol d'oiseau à la surface d'un lac, mais jamais l'oiseau ne pique son bec dans l'eau pour attraper le petit poisson qui file.
Rinri a désormais mon numéro de téléphone à Paris. Hier soir, sur mon répondeur, j'entends une voix d'homme qui dit qu'il se réjouit de me revoir. L'espace d'un instant, je me demande de qui il s'agit. Ensuite, tout me revient ; l'effet est aussi bizarre que si j'avais vécu deux vies. (p.30)   

année sortie 2013
édition Albin-Michel
140 pages
illustration d'entrée de billet : temple Senso-ji (photo personnelle)

One Response so far.

  1. liliba says:

    J'ai adoré Nothomb au début, comme toi, mais n'en n'ai pas lu depuis plusieurs année... Vais-je m'y remettre un jour ?

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)