LES RATS DE MUSÉE - LEE Eun


D'abord la mort accidentelle d'un peintre en vogue, puis la disparition mystérieuse d'un autre peintre célèbre et maintenant, le suicide du vénérable directeur du musée Jeongno. Parallèlement à l'enquête de police, le jeune peintre KIM Jun-ki et son amie Nuri, assistante-conservateur dans le musée, cherchent eux aussi à découvrir quel secret se cache dans le musée, partant du principe que le directeur PAK avant de se suicider, avait demandé l'aide de Jun-ki pour découvrir le pot aux roses.



LEE Eun
Après les 8 nouvelles, voici mon premier roman coréen ! Un polar dans le monde de l'art dans la plus grande tradition, j'ai tout de suite pensé au roman d'un auteur que j'ai beaucoup apprécié autrefois "Le Tableau du maître flamand" d'Arturo Pérez-Reverte.

Il est ici question d'un message caché dans une peinture, d'un jeu de pistes, de déduction, sous fond de trafic d'art. Du style et un mystère intrigant : tout est là pour passer un très bon moment de lecture.
Sans quitter des yeux 'la tempête', Jun-ki essaya de mettre de l'ordre dans ses idées. En pure perte. Ses pensées étaient tellement embrouillées qu'il n'arrivait pas à saisir ce que le directeur avait voulu lui dire à travers ce tableau. Depuis qu'il avait perdu le fameux manuscrit, il se sentait concertait concerné par toute cette affaire. Et ses récentes découvertes ne faisaient que l'impliquer davantage. Ce qui était sans doute le souhait du défunt. Jun-ki laissa échapper un gros soupir et concentra son regard sur la femme à moitié nue du tableau. (p.83)



Misulgwaneui
année de sortie 2007
lu en poche
260 pages
traduit du coréen par LIM Yeong-hee et Françoise NAGEL


illustration d'entrée de billet : La tempête de Giorgione (XVIème siècle)

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)